Analyse d’audience de LPDX

Bilan d’audience de La Plume de Xénon (LPDX), de 2017 à aujourd’hui.

5 ans et quelques mois après le lancement de mon site semi-professionnel « La Plume de Xénon », et à quelques mois de mon passage d’examens pour un Bachelor responsable marketing digital, chez STUDI, je me décide enfin à gratter les statistiques de WordPress (sans même Analytics pour le moment). Je suis plutôt satisfaite de ces résultats stables et constants. À la lumière de ces chiffres, je vise maintenant à redéfinir mon projet afin de mieux guider les utilisateurs le long du tunnel de conversion et surtout, de lancer ASAP un E-Shop lié à ce site afin de conclure la visite par un acte d’achat (seul mon fanzine est en vente actuellement, à 3€/numéro)… je vous laisse découvrir ces chiffres et l’analyse que j’en fait.

Audience moyenne, parcours, objectifs

  • 500 vues/an du site (674 la 1ère année, 506 la seconde, 442 n+3, 443 n+4, 355 Année COVID-0, année COVID-1 en cours);
  • Une audience internationale, et ce, dès la première année de création.
  • 200 visiteurs uniques/an en moyenne depuis 2017, même pendant la crise sanitaire (190 visiteurs uniques pour 355 vues).
  • Google est le référent principal pour la provenance du traffic (6 fois plus que WordPress et, trois fois plus que Facebook).
  • Le parcours de l’usager l’amène à l’accueil, puis à la rubrique « Qui est Xénon ? », puis vers le produit Fanzine à commander via le site (et via Paypal), sur mes articles de blog et sur le formulaire de contact.
  • Mon article sur le COVID est un des plus visités depuis le lancement de mon site, en 2017 (étant donnée la longueur et le besoin de se concentrer pour me suivre, je doute que sa position ne soit seulement due à une recherche hasardeuse… mon taux d’absorption du lecteur est, de plus très correct et, mon taux de rebond par conséquent très faible).
Parcours utilisateur

Analyse et conclusions

Autonomie financière, technique, rédactions de contenus… MAIS…

Aucune proposition réelle de services à vendre.

Les objectifs SMART n’ont pas été formulés.

// Peu de réactions, peu de commentaires, quasiment pas de retours directs (hors cercle restreint).

>>>>>>>> >>>>>>>>>> Pas d’apports financiers.

Solutions à envisager

  • Messagerie professionnelle, Mailchimp;
  • Création d’un CRM
  • Campagnes publicitaires outils Ads;
  • Proposition commerciale; E-Shop (mode & déco);
  • Travailler le Business Plan;
  • Trouver des investisseurs et partenaires;
  • Travailler sur l’image de LPDX, la réputation, la confiance, la transmission, le partage de points de vues, la jeunesse, l’urbain etc… (Travail sur le SEO en rapport avec la proposition)
  • Objectifs :
    • court-terme : décrocher un CDI (horaires flexibles) pour être à l’aise financièrement;
    • moyen-terme : faire de ce site une extension professionnelle et personnelle de qui je suis, ce que je fais, ce que je sais, ce que je n’aime pas… et qu’il soit une référence pour un lambda qui a envie de lire.
    • long-terme : créer une agence de marketing de contenus, BtoB et BtoC, raisonnable en terme de répartitions des salaires, avoir un salaire (2500 à 3000€ par mois) et un salaire pour… une secrétaire-comptable (chargée de com’).

Pas de « fonds d’investissements »

Besoin de travailler pour vivre mais besoin d’argent pour réaliser mes projets…

En conclusion je dirais que mon site jouit d’une bonne réputation chez ceux qui le consultent mais, ces personnes ne partagent pas cette adresse autour d’eux. Ceux qui viennent, reviennent généralement. Je n’ai pas de chiffres sur le pourcentage de nouveaux usagers / mois…

Je dois créer un E-Shop pour permettre à ces utilisateurs de devenir des acheteurs potentiels, des curieux satisfaits, des fans de culture artisanale, de vêtements sportwear, de classe et de style… et de… perso – NANA – lee – za – sion ! Infinies et unique(s).

Le Shop de Mimél

Une idée, en/de plus…
Les vêtements… une façon d’étendre notre grain de…

Le principe, tel que je l’imagine…

On entre un peu par hasard, on passe un bon moment à lire, à se détendre et puis on se demande qui est cette personne qui se cache derrière cette « plume »… et… Qui est Xénon… ?… ah… ah… qu’est-ce qu’elle vend ? Ah, tiens, un fanzine cool à 3,50€, avec les frais de port et même si je prends un abonnement pour les 4, ben je préfère attendre autre chose… qu’est-ce qu’elle écrit, tiens d’ailleurs ? Ah ? Ah oui ! D’accord… bon, ben, on achète quoi sinon, par ici ????

L’idée…

Auto-relooking personnalisé et personnalisable (blog + shop de vêtements sportwear (hip-hop, street art, danse, combat…) personnalisables (partenariats avec des artistes / rétributions à négocier, mes créations et celles des artistes de mon réseau (2000 followers sur Instagram, 24K sur Tik-Tok) et combinatoires (dégradés de couleurs, large spectre de taille, hauts (classique, enfant, femme, homme) et bas (abadas de capoeira, jogging artisanaux…) + accessoires (chèches fait-main, foulards à motifs personnalisables, colliers et bijoux artisanaux, bracelets poignet/ cheville, bagues…) de façon à pouvoir, en 80€ avoir une tenue nouvelle, unique, agréable à porter et portable dans de nombreuses circonstances, en ville ou à la campagne… sans être ridicule !

La suite à la prochaine pause-vitC !

Ma « reconversion » ou presque…

Une posture revivifiante !

Une alternance nommée désir…

Depuis plus d’un mois, j’ai commencé une formation « bachelor chef de projet marketing digital », que je suis sensée faire en alternance avec une entreprise. Je dis « sensée » car je galère à trouver (j’y suis depuis le mois de mai 2020). Il y a quelques offres, c’est sûr, mais très peu qui correspondent réellement à mon profil. Depuis le début, sur une centaine de candidatures, je n’ai eu que 6 retours positifs dont 3 sont toujours en cours…

Il est difficile d’être en attente de réponses de recruteurs sur le long terme. On ne sait souvent pas s’auto-évaluer pour juger si notre candidature aura du poids ou non. Il m’est arrivé de postuler en y croyant fortement et de recevoir une réponse négative et, inversement, de ne pas y croire et de décrocher un entretien ! C’est vraiment une période déboussolante. En même temps, c’est très excitant d’envoyer son dossier comme une bouteille à la mer et d’attendre une réponse les jours qui suivent. Personnellement, cette posture me permet de me maintenir dans une dynamique et un moral positifs.

En attendant, j’étudie !

Alors, j’avance dans les cours et m’initie à la terminologie et aux missions d’un chef de projet digital, avec des lacunes à rattraper en Excel. Et bien oui, en tant que journaliste-rédactrice, mon ami était jusqu’alors plutôt Word ou Open Office Writer ! De toute façon, je suis curieuse de nature et adore apprendre à utiliser de nouveaux logiciels. Quant au cours de PHP (j’ai commencé par ce langage), je me surprends à apprécier la logique, la syntaxe et parfois… la prise de tête ! Bon, le dernier cours sur le découpage des fichiers d’un programme a outrepassé mes limites mais, je ne désespère pas de le digérer, de m’y remettre et de réussir le défi final !

Une extension plus qu’une reconversion

Journaliste-pigiste=>Rédactrice Web=>???

Il ne s’agit pas d’une véritable reconversion professionnelle, étant donné que le chef de projet digital travaille souvent avec des rédacteurs Web. Disons que c’est une extension de mes compétences… d’ailleurs, je n’exclus pas -carrément pas même- de rester dans la rédaction au travers d’une alternance en conception-rédaction (recrutement en cours). D’autres métiers du Web m’intéressent également (voir https://laplume-seo-dexenon.com/aspirations-pros/).

J’avais, en tant que rédactrice Web, déjà entendu parler des KPIs (indicateurs de performance), je savais les définir. De même, je connaissais les termes de cahier des charges, étude de marché, UX/UI… par contre, je découvre totalement toute la théorie se cachant derrière tout ce vocabulaire et me perds parfois dans la structure de tous ces livrables, de toutes ces tâches, de tous ces domaines. Mais, j’apprécie le télétravail (ah oui, mon école est entièrement digitalisée !) qui m’oblige à m’organiser et à m’auto-motiver.

Recruteurs : ma boule de cristal !

Je ne peux donc à ce jour prévoir quel sera mon métier de demain car, il me semble que mon avenir est entre les mains des recruteurs qui lisent et interprètent mon CV. Les réponses positives que j’ai eu jusqu’à présent concernaient des postes de :

  • Webmarketing E-commerce/Rédaction Web SEO/Communication
  • Stratégie de contenus Webmarketing
  • Communication digitale
  • Marketing/media/communication
  • Chef de projet digital
  • Concepteur-rédacteur

Vous remarquerez que pour la plupart des annonces, il n’y a pas réellement d’intitulé de poste mais plutôt un conglomérat vague de fonctions, de domaines, de tâches. J’en déduis que mon profil peut séduire certains recruteurs qui cherchent des personnes créatives avec une expérience préalable en rédaction.

Quel que soit mon avenir, il ne peut être que dans le Web, il tournera sans doute autour de l’écriture et de la créativité, soit en tant que manager, soit en tant que conceptrice ou bien plus dans le design UX/UI… alea jacta est !