De la promesse à la séparation

Je ne sais pas pour vous, mais de mon côté, je n’en finis pas de me débattre avec une crise existentielle, dont la place à prendre ou à laisser, sur la toile, en tant que rédactrice Web, occupe un large espace. J’estime avoir fait tout possible pour conquérir d’éventuels clients, y compris travailler à moindre prix en appliquant les règles inhérentes à la qualité rédactionnelle. Résultat : j’ai payé de ma santé et ne cesse de remettre en questions mes capacité à pouvoir travailler dans ce « petit milieu ». Il ne me reste plus qu’à reprendre mes bons vieux CV, mes listes d’annonces et à repenser mon avenir. À presque 40 ans, je ne suis encore embarquée dans au un navire, indépendante certes, mais isolée et en perte de confiance. Petit bilan de mes années d’auto-entreprise, en attendant que je me trouve un nouveau cap à viser…

Les années Domosource et Pim-Bim

1er cadre de collaboration

Habitat
Mes débuts sur le Web avec un site dédié à la maison, Pixabay, Libre de droit

WebSi François Blum ne m’avait jamais appelé pour me convaincre de travailler pour lui sous la condition de créer mon entreprise, je ne sais pas si j’aurais franchi le pas. Toujours est-il, que quelques semaines après notre premier entretien, il me proposait un cadre de collaboration pour alimenter son nouveau site « Domosource », avec 5 rubriques dédiées à l’habitat (Maison – Déco- Jardin – Pratique – Conseils).

C’était la « belle époque » : j’écrivais, j’illustrais, je collaborais avec une graphiste et… j’étais payée ! Malheureusement, après quelques mois, les annonceurs n’étaient pas au rendez-vous et je devais ralentir la cadence. En parallèle, j’avais deux autres clients, pour des missions plus rébarbatives (du SEO pur), mais qui payaient aussi.

Une collaboration prometteuse

J’ai traversé un premier désert durant l’été 2013 mais, ayant suivi de près la campagne de recrutement de Pim-Bim, je parviens à entrer en contact avec les fondateurs et à sceller notre confiance mutuelle autour de commandes d’articles sur le thème de l’Inbound Marketing.

Je prends beaucoup de plaisir avec cette nouvelle collaboration mais la naissance de mon fils vient bouleverser la suite de l’aventure. Je ne travaille plus pour Pim-Bim, et traverse une nouvelle traversée sans grand espoir de raccrocher les wagons, avec qui que ce soit.

Les deux pieds dans le SEO

L’effet papillon ou le cocon sémantique

cocoon-209096_1920
Les cocons sémantiques : ces sites dans les sites, Pixabay Libre de droit

L’été dernier, je fais mes débuts dans le « cocon sémantique » et mets alors les deux pieds dans le SEO, que je n’avais jusqu’alors qu’effleuré : balisage sémantique, metadescription, title, gras… je me colle au jeu de l’écriture mi- humaine, mi-robotisée et je me pique par là-même aux contraintes multiples et aux prix ultra-cheap.

Non satisfaite de mon sort, je fais une rencontre virtuelle, encore une fois prometteuse, et laisse derrière moi les tyrans du cocon en espérant que l’effet papillon m’amène à de nouvelles opportunités. Je suis lue davantage grâce à la notoriété de mon hôtesse en matière de référencement, mais je ne parviens toujours pas à satisfaire ses clients, pourtant toujours aussi peu reconnaissants des exigences de qualité.

La chenille qui se mord la queue

Rien n’y fait : travailler dur, croire en soi, lire les autres, séduire… je n’en peux plus de constater qu’il n’y a pas plus de place pour moi sur le Web qu’ailleurs. Je serpente, je louvoie, j’esquive mais je dois bien avouer que mon compte en banques a soif ! Je ne peux pas continuer à croire en un potentiel dont personne n’est prêt à payer pour le voir éclore.

L’avenir est gris encore, comme il l’a souvent été le long de mon parcours. Je ne crois pas aux bilans de compétences, aux reconversions impromptues, ni à la chance du hasard, surtout pas lorsque si peu de visiteurs se perdent sur mon site.

Et vous, où en êtes-vous de vos convictions ? La promesse du Web a-t-elle été tenue ? Avez-vous un plan B ? Moi, j’y réfléchis très activement…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Auteur : La plume de Xénon

Ex-pigiste, je suis à mon compte depuis 4 ans. Mon goût pour les mots et les jeux d'écriture font de moi une rédactrice orientée qualitatif.

Une réflexion sur « De la promesse à la séparation »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s